Leadership - Ligue-chefs

Leadership - Ligue-chefs
"formation au leadership pour travailleurs de jeunes"
ou comment, sur base d'une analyse sociétale mettre en place des projets dans un travail des jeunes centré sur le quartier

En l'automne 2008 D'BROEJ (l'Organisation Bruxelloise pour l'Emancipation des Jeunes)asbl a reçu le premier prix "Uit de Marge" du travail de protection de la jeunesse pour sa formation au leadership pour travailleurs des jeunes. Ce fût le premier prix que D'BROEJ asbl a obtenu. L'Asbl D'BROEJ est l'organisation-fusion de sept Actions pour Enfants et Jeunes vulnérables actives dans différents quartiers bruxellois: Peterbos à Anderlecht, Mini-Anneessens dans le Quarier Anneessens au centre de Bruxelles, Chicago dans la zone du canal, l'Association des jeunes marocains et la Maison de jeunes Centre Ouest dans le Bas-Molenbeek, Ratatouille à Schaerbeek et le wmkj Place toLive à Laeken. Ce Fût un grand honneur d'être aussitôt reconnu pour un d'une multitude de projets qui y sont couvés.

La formation au leadership pour travailleurs des jeunes: c'est quoi?
Les travailleurs des jeunes suivent un parcours de formation dans lequel aussi bien de la vision que des méthodiques sont présentées afin de fournir un travail plus émancipatif et participatif dans le fonctionnement et de transposer cela dans la pratique en élaborant un prjet concret avec le groupe d'enfants ou jeunes.

La méthodologie du leadership n'est pas neuve. Déjà en 2004-2005 et 2006-2007 Bres (l'ancien point focal des TJSD sous l'auspice de l'asbl JES) organisait en collaboration avec les TJSD des formations de leadership pour jeunes. Objectif: éduquer des jeunes comme leaders dans leur communauté. La raison concrète pour cette formation était le fait que peu de jeunes dans le travail de quartier dans les quartiers défavorisés, s'engagaient spontanément. L'on partait des constatations suivantes: beaucoup de TJSD ont pris source d'une idée d'émancipation implicite ou explicite, qui au fil des années a abouti à l'arrière plan. Le secteur du TJSD est, vu la multitude de problèmes auquel il est confronté, un secteur professionnalisé avec des travailleurs de jeunes rémunérés. Emanant de leur mission journalière, ces travailleurs de jeunes s'occupent beaucoup avec le dévelloppement d(une offre pour leurs différents groupes, mais cela se passe parfois trop peu émanant des aptitudes, des intérêts et du contexte des enfants et jeunes eux-même. En d'autres mots, beaucoup était organisé pour des enfants et jeunes, mais trop peu ne l'était par et avec les enfants et jeunes. Il s'en suivait que les jeunes s'habituaient à "consommer" les activités. Ils avaient dés lors trop peu d'opportunités à prendre des engagements dans l'activité ou le projet. Il s'en suit que dans certaines entités une génération de jeunes a grandi qui n'a qu'un intérêt pour des "activités de consommation". Une génération qui n'a plus la volonté de s'engager parce que tout simplement cela n'avait jamais fait part des attentes.

Ces jeunes défavorisés, n'ont-ils que de l'intérêt pour Walibi ou d'aller nager à lOcéade?
Non, il s'agit tout simplement de la juste politique et de l'empathie dans le groupe. Il faut, en tant que travailleur des jeunes, savoir être à l'écoute, trouver ainsi ce qui occupe nos jeunes et trouver là un point de départ. Il est important de signaler qu'il existe une différence entre la manière dont des jeunes de la "classe moyenne" et des jeunes de la "classe fragilisée" prennent un engagement. L'engagement de ces derniers émane plutôt de la colère, d'une insatisfaction ou l'agacement de leur environnement ou situation. Il est donc préférable de les aborder avec des thèmes sociaux de leur environnement de proximité. Auprès de familles prospères, nous remarquons que l'engagement émane de la logique des choses (cfr. Mouvement de jeunesse).

D'où vient l'initiative de former également des travailleurs de jeunes dans ce sens?
Nous avions remarqué que, lorque après la formation des jeunes au leadership, il retournaient vers un fonctionnement qui préconnisait plutôt l'offre, de ce fait ilos n'avaient pratiquement pas l'occasion de créer de petits projets, tout simplemnt parce que la programmation ne le permettait pas. "l'Offre" devait donc être l'objet de changement.

De là l'initiative d'immerger les travailleurs de jeunes dans le milieu de vie propre aux enfants et jeunes (analyse sociale) et d'abandonner résolument le travail ciblé sur l'offre et d'organiser des activités par et avec les enfants et jeunes (participatif).

A quoi ressemblait le trajet de formation?
Point de départ: une analyse du contexte dans lequel les enfants et jeunes vivent journellement et ce via une formation sociale concernant des analyses des quartiers où les TJSD sont actifs. Qu'est une situation défavorisée? Quels problèmes subissent nos gars et quel est l'impression que cela leur laisse? Et principalement, comment pouvons-nous contribuer en tant que travail des jeunes afin d'y apporter à long terme du changement?
En second lieu nous avons consacré une grande partie au travail de projet où l'accent est mis sur une politique de particiption. Comment, en d'autres mots, élaborer des projets avec et par des enfants et jeunes. Emanant des expériences de travailleurs de jeunes, nous avons présentés des méthodes qui impliquent les enfants et les jeunes au maximum, du départ jusqu'à la fin. Cette insistance faisait également surface dans les critères que nous mettions en lien avec la réalisation du projet: le projet devait avoir un effet sur le quartier ou se trouve l'entité (important pour le milieu de vie des enfants et jeunes) et les idées (objectifs et méthodes) devaient être collectées avec les enfants et les jeunes.
Durant cette phase les travailleurs de jeunes étaient entraînés et suivis via des intervisions où ils devaient refléter le déroulement de leur projet. Ainsi, difficultés et obstacles des différents projets pouvaient ensemble être abordés et des solutions recherchées